Les stablecoins

Les stable coins ont pour objectif de tendre vers une valeur de référence.

Lier la variation des tokens à celle d’une monnaie-fiat (e.g. dollar ou euros) pris comme système de référence permet aux agents économiques de bénéficier de la stabilité toute relative de ce sous-jacent. Ils sont des jetons circulant sur la Blockchain Ethereum principalement. 

Il existe trois grandes catégories de stable coins :

1 – Adossé à une monnaie-fiat

Ils sont 100% maintenus à parité par une monnaie-fiat mise en garantie dans une institution financière de confiance, comme une banque (i.e. 1 token représentant un euro sur une blockchain et 1€ dans une banque).

Ainsi si une personne souhaite convertir son token en monnaie-fiat le fournisseur du service doit pouvoir fournir à parité la monnaie-fiat sous jacente.

C’est pour l’instant la méthode la plus populaire pour émettre des stable coins mais cela nécessite de faire confiance au fournisseur du service quand bien même un audit a été effectué et pour celui-ci de garder en réserve des sommes importantes qui sont donc “gelés”. Plusieurs stable coins de ce type existe le plus connu étant le Tether, suivi de l’USDC ou du TUSD

2 – Adossé à un crypto-actif

(e.g. ether ou un mix de plusieurs crypto-actifs, pas d’actifs physiques tokenisés car il est nécessaire de faire confiance à un intermédiaire)

Cette méthode est d’un fonctionnement similaire à celui d’une monnaie-fiat à la différence près que nous n’avons aucunement besoin de faire confiance au fournisseur du service.

Cependant, cette décentralisation à un coût car les crypto-actifs sont fortement volatile sur les marchés. Il est donc nécessaire de mettre en garantie une somme plus importante pour que la volatilité ne rompe pas le ratio 1:1. Concrètement, 1 token peut par exemple représenter un euro sur une blockchain mais nécessiter 2 euros d’ether mis en garantie, ainsi même si l’éther baisse de 50% cela n’est pas un problème.

MakerDao propose la version la plus aboutie de ce système actuellement, recevant notamment le support d’Andreessen Horowitz, un des investisseurs crypto majeurs de l’écosystème.

Plus récemment, le sUSD du projet Synthetix Network gagne aussi en traction. 

3 – Non-adossé

Cela signifie qu’il n’y a pas d’actif sous-jacent que ce soit un actif tokenisé, une monnaie-fiat ou un crypto-actif.

Ce schéma est basé sur le concept de Seigniorage Shares inventé par Robert Sams en 2014 et qui implique de programmer le smart contract de telle sorte qu’il joue le même rôle qu’une banque centrale. La politique monétaire du smart contract aura seulement un mandat : émettre des stable coins dont la valeur tend vers la valeur d’un US dollar (en supposant que l’on cherche à mimer le US dollar),

Ce type de stablecoin est encore très peu mature : en janvier 2019 le projet Basis a été abandonné et les investisseurs ont été remboursés. Ils n’ont pas réussi à développer une solution viable. Plus récemment, la tentative d’Ampleforth souligne toujours l’immaturité de ce modèle.

Voici un schéma et un tableau récapitulatif des points énoncés ci-dessus : 

Source : Haseeb Qureshi